Maître Ntaganda, plus que jamais déterminé

Partager/Share/Sangiza

Paru le 16/06/2015 sur le blog EJCM

Perturbé de manière extrême jusqu’à voir les forces adverses fomenter une scission au sein de son parti, puis, emprisonné pendant plusieurs années, Maître Bernard Ntaganda ne faiblit pas dans son combat politique. Il est président fondateur du Parti Social Imberakuri créé le 18 janvier 2009. C’est un homme qui n’a ni vendu son silence ni sa liberté d’expression. C’est un homme décidé et fidèle à son engagement politique. Mais, à quel prix?

Pendant quatre ans (2010-2014), il aura connu une prison dure, qui lui a laissé des séquelles. Pour rappel, Bernard Ntaganda avait été arrêté le 24 juin 2010 après avoir annoncé sa candidature à l’élection présidentielle, qui était prévue deux mois plus tard. Alors qu’une autre opposante Victoire Ingabiré était, elle aussi, interdite de se présenter, et qu’un troisième, André Kagwa Rwisereka était retrouvé assassiné à la mi-juillet quelques jours avant l’élection de Paul Kagame pour un deuxième mandat. Le feu Rwisereka était Vice-président du parti démocrate vert (Green Party). Paul Kagamé s’était donc retrouvé sans véritable rival, et s’était fait triomphalement réélire en août 2010.

Tout comme Victoire Ingabiré Umuhoza, Me Bernard Ntaganda avait été accusé de divisionnisme et d’appel à la haine ethnique. Me Ntaganda était en plus accusé d’organisation d’une manifestation non autorisée. L’opposant avait  clamé son innocence, affirmant que les poursuites engagées contre lui étaient politiquement motivées. La répression n’a pas seulement touché le président du parti mais aussi ses collaborateurs et même les membres du parti ont connu des moments difficiles au cours de ces dernières années. C’est le cas par exemple de Jean-Baptiste Icyitonderwa, en prison et en appel devant la Haute cour, du jugement rendu par la Cour de Gasabo qui lui a infligé six ans d’emprisonnement arguant qu’il aurait été « auteur et utilisateur de faux en écriture ». Cette infraction est liée  à la lettre que les anciens étudiants et les étudiants des universités et hautes écoles ont adressée au Premier Ministre en date du 17 septembre 2013. A l’époque des faits, ils lui exprimaient leur inquiétude quant aux conséquences du  programme de cartographie sociale dit « Ubudehe » sur l’enseignement étant donné que c’est sur la dite  cartographie  que l’Etat devait se baser pour sélectionner les étudiants pouvant bénéficier des prêts en vue de poursuivre leurs études supérieures ou universitaires. Le parti a toujours dénoncé les intimidations subies par ses membres.

Le PS Imberakuri et particulièrement ses dirigeants ont énergiquement condamné le licenciement et persécution de plusieurs militants par leurs employeurs pour la simple raison d’avoir choisi un parti d’opposition. Le PS Imberakuri a reproché au FPR (Front Patriotique Rwandais) de s’être ingéré dans ses organes jusqu’à provoquer une scission du parti. A l’opposé de Me Ntaganda, une aile dirigée par Christine Mukabunani, celle qui est légalement reconnue par le pouvoir, est en même temps soupçonnée par le côté du Me Ntaganda d’avoir été phagocytée par des partisans du parti présidentiel. Le climat n’a jamais été serein ces quatre dernières années. Malgré tout, une année après sa libération, Maitre Bernard Ntaganda parait plus combatif que jamais.

Son engagement politique ne date pas d’hier

Avant la création du PS Imberakuri, Me Ntaganda était un des dirigeants du PSD (Parti Social Démocratique). Tout d’abord, dans les années 1991-1992, président du PSD dans l’ancienne commune de Ntongwe et Vice Président dans l’ancienne Sous Préfecture Ruhango ; ensuite, dans les années 1993-1994, président du PSD à l’Université Nationale du Rwanda Campus de Mburabuturo ; et puis, dans les années 2001-2002 président du PSD dans l’ancienne Préfecture Gitarama et enfin, de 2001 à 2008 membre du bureau politique du PSD. Âgé de 46 ans, Maître Bernard Ntaganda est avocat depuis 2006. Connu dans plusieurs universités où il a dispensé des cours de Droit et dans différents établissements publics ou privés où il a travaillé en qualité de consultant, expert ou spécialiste en Audit et Analyse financière (à l’exemple de Rwanda Revenue Authority ou encore la Banque Nationale du Rwanda).

Maître Bernard Ntaganda se montre en homme politiquement déterminé. La tâche est rude. Il s’étonne de voir, selon ses dire, que non seulement la plupart des partis à l’intérieur du pays, après avoir joué les satellites aux côtés du FPR, ils se sont laissé absorber par ce dernier.

Seuls les femmes et les hommes courageux sont capables de dénoncer l’injustice d’un régime dictatorial. La peur et la répression brutale rongent les esprits. Seuls ceux qui sont forts, surtout ceux qui ne font pas taire leur conscience, résistent au « Mal » et œuvrent pour la justice sociale. Pour Maître Bernard Ntaganda, la tentative de réviser l’article 101 de la Constitution est un coup-État constitutionnel. Sans langue de bois, il s’est exprimé le 13 juin dernier de manière catégorique contre la révision de cet article. De Kigali, il n’ a pas mâché ses mots sur les ondes de la radio Itahuka émettant de Washington DC. De manière directe, il a répondu aux questions pertinentes de l’animateur Serge Ndayizeye. Ce dernier n’a pas caché son étonnement de l’entendre critiquer sans peur le régime de Kigali où il vit toujours, au moment où une grande partie de la population préfère le silence pour éviter des ennuis.

Maître Bernard Ntaganda faisait partie de trois opposants au régime du FPR, qui avaient été nominés  en 2012 par 42 députés européens pour le prestigieux prix Sakharov pour la liberté de l’esprit 2012 du parlement européen, les deux autres étaient Victoire Ingabire Umuhoza et Déogratias Mushyayidi, actuellement en prison. Le chemin déjà parcouru, pour Me Ntaganda et ses collaborateurs, n’est pas une mince affaire, mais le combat politique auquel ils vont faire face, pour la suite, est on peut plus miné, hardi et risqué. Ils leur faut du courage exceptionnel pour tenir jusqu’au bout.

Jean-Claude Mulindahabi

Social Network Widget by Acurax Small Business Website Designers