Et si c’était l’une des voix sages?

Partager/Share/Sangiza

Paru le 15/06/2015 sur le blog EJCM 

L’homme en charge de la mémoire institutionnelle en appelle à la sagesse et à la vigilance citoyenne. A tous ceux qui sont épris de conscience, il leur propose une pétition qui interpelle chacune et chacun à commencer par les plus hautes autorités. Victor Manege Gakoko attire l’attention de chaque citoyen quant aux conséquences de tentative de révision de la Constitution pour des intérêts personnelles ou politiques.

C’est un homme brillant, expérimenté, qui a connu les arcanes de la politique mais qui n’en plus ambition à l’heure actuelle, puisqu’il s’est décidé à œuvrer au sein de la société civile. Il est coordinateur de CIRI Inyangamugayo, (Club des Intellectuels Rwandais Intègres) et il est l’un des concepteurs du projet VEPELEX (les Volontaires pour la Paix et la Libre Expression).

Il est connu pour son franc-parler, pour ses propos mesurés mais justes. Il rêve d’un pays réconcilié, le rétablissement d’une véritable nation et un État de droit au vrai sens du terme. Il s’appelle Victor Manege Gakoko, c’est l’homme à l’initiative de la pétition, ainsi délivrée:

CONTRE LE TRIPATOUILLAGE DE LA CONSTITUTION RWANDAISE
NON AU HOLD-UP DE LA CONSCIENCE DU PEUPLE RWANDAIS

(Pour l’honneur du serment présidentiel et la gloire de la démocratie)

Conformément à la lettre et à l’esprit de l’article 101 de la Constitution de la République du Rwanda de 2003, le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de (7) sept ans, renouvelable une seule fois. L’article stipule en outre qu’en aucun cas nul ne peut exercer plus de deux mandats présidentiels.

L’actuel Président de la République du Rwanda, Paul Kagame (de facto au pouvoir depuis 1994), est presque à la fin de son deuxième et dernier mandat à la tête de l’État qui s’achèvera en 2017. Or, depuis un certain temps le parti majoritaire au pouvoir le FPR, par ses satellites interposés, multiplie des manœuvres illégales pour faire déverrouiller l’article 101. Par ailleurs, ces manipulations déloyales transgressent l’article 193 de la Constitution qui stipule que « l’initiative de la révision de la Constitution appartient concurremment au Président de la République après délibération du Conseil des Ministres et à chaque Chambre du Parlement sur vote à la majorité des deux tiers de ses membres. »

Nous, signataires de la présente pétition, condamnons sans réserve toute procédure malhonnête profitant de l’inculture politique des masses visant la révision de la Constitution dans l’intention de permettre au Président Kagame de briguer plus que deux mandats et ainsi lui ouvrir la porte à la confiscation à vie du pouvoir.
Nous demandons au Président de la République Paul Kagame, en sa qualité de Gardien de la Constitution (articles 98 et 104) :

i) de dénoncer des manœuvres anticonstitutionnelles visant à l’accrocher au pouvoir;
ii) de renoncer publiquement dans des termes les plus clairs les sollicitations populaires forcées de briguer un troisième mandat, et
iii) d’annoncer à la Nation et à la Communauté Internationale de façon sans équivoque qu’il se retirera au terme de son dernier mandat en 2017.

Nous saluons la position politique et diplomatique du gouvernement des États-Unis et l’exhortons à user de son influence voire de sa pression, le cas échéant, pour exiger du Président Paul Kagame le respect du serment constitutionnel qu’il a prêté solennellement devant la NATION lors de son investiture.
Nous appelons tous les démocrates de par le monde à joindre leurs voix aux nôtres pour dire NON à cette révision partisane qui risque de faire basculer de nouveau le Rwanda dans le chaos, la guerre civile, et générer une nouvelle instabilité de la Sous-région.

Jean-Claude Mulindahabi

Animated Social Media Icons by Acurax Wordpress Development Company