« L’homme de fer », nouveau livre sur P.Kagame signé F.Soudan

Partager/Share/Sangiza

Ce 10 septembre 2015, le directeur de la rédaction de « Jeune Afrique » François Soudan publie « l’homme de fer », un livre sur le président rwandais Paul Kagame. En grande partie l’auteur revient sur les interviews qu’il a tenues annuellement avec  » l’homme fort » de Kigali depuis 13 ans.

Le livre sort au moment où ces derniers jours, on a lu les questionnements de ceux qui se demandent si F.Soudan ne faisait pas de la propagande plutôt que du vrai journalisme à travers le traitement des sujets sur le Rwanda et particulièrement sur Paul Kagame.

Qu’en est-il du « l’homme de fer »? Est-ce un livre susceptible de nous présenter le vrai visage de l’actuel « locataire » du Village Urugwiro?

Certains y croient, mais d’autres ne trouvent aucune crédibilité à cette hebdomadaire en général ni à François Soudan en particulier.

D’une part, ceux qui donnent du crédit à François Soudan, prétendent: « depuis 2002, il interviewe chaque année le président rwandais pour Jeune Afrique. Une habitude qui lui est régulièrement reprochée, comme si l’intervieweur d’un chef d’État controversé était mécaniquement suspect d’avoir vendu son âme au diable. Un exercice de haute voltige, car avec « le Boss » la médiocrité n’est pas de mise. Face à lui, mieux vaut avoir révisé ses fiches et ciselé la formulation de ses questions, sous peine de figurer au tableau de chasse de ce rhéteur décomplexé ». Est-ce un argument qui tient la route? A vous d’apprécier.

D’autre part, les critiques fusent. On ressent l’indignation et la désolation dans les rangs de ceux pensent que « Jeune Afrique » et François Soudan sont à la solde des dictateurs africains qui les corrompent pour se faire exalter ou redorer leur blason.

Dans son article « François Soudan au Rwanda ou le degré zéro de journalisme » publié le 30/01/2014, l’écrivain Gaspard Musabyimana écrit: « « Jeune Afrique » est souvent désigné par dérision comme « Jeune à Fric » à cause de sa propension à décrocher des « contrats de communication » mirobolants mais immoraux surtout auprès des dictatures africaines, contrats dont François Soudan est souvent le maître d’œuvre.

Même si le livre qui sort aujourd’hui revient sur des entretiens déjà lus, et que les représentations sur son auteur varient selon les sensibilités, cependant une critique fondée et intellectuelle se ferait logiquement après lecture de l’ouvrage.

Voici l’avant-goût de « l’homme de fer »

Dans un livre d’entretiens accordés à François Soudan, l’homme fort de Kigali n’élude aucune question. Un ouvrage qui permet de mieux saisir celui qui est vénéré par les uns, redouté par les autres.

« Tout ce qui doit être dit, nous le disons ouvertement, directement, à notre manière, en tant que Rwandais. » Dans la postface au livre d’entretiens qu’il a accordés à François Soudan, directeur de la rédaction de J.A., le président rwandais Paul Kagamé livre incidemment la clé d’un malentendu tragique, né dès l’époque coloniale : « Le Rwanda ne semble inscrutable et mystérieux qu’à ceux qui n’ont pas la patience – ou, peut-être, l’humilité – de venir s’asseoir sur l’herbe à nos côtés, comme nos égaux. » S’il n’a pas partagé le lait avec son interlocuteur, assis sur les verdoyantes collines du Rwanda, face aux troupeaux de vaches que les Tutsis vénèrent comme d’autres peuples sanctifient le soleil, François Soudan a su, à travers son leader emblématique, approcher l’âme d’un peuple réputé insaisissable.

Depuis vingt et un ans, pour le meilleur comme pour le pire, la destinée des Abanyarwandas (le peuple du Rwanda) se confond avec ces six lettres : K-A-G-A-M-É. Derrière ce personnage austère, introverti et exigeant, qui dort peu et a pour boissons favorites « l’eau et le thé », se cache un mentor à nul autre pareil, dont le pays des Milles Collines a accouché. Un déraciné longtemps exilé en Ouganda, qui avait 36 ans lorsqu’il put enfin fouler en homme libre le sol ensanglanté de sa terre natale, en juillet 1994. Un officier spécialiste du renseignement qui se hissa progressivement au sommet du pouvoir sans coup d’État – et sans, dit-il, l’avoir « envisagé » -, après avoir mis un terme au génocide à la tête d’une rébellion de fortune, déterminée et disciplinée. Un chef d’État atypique, célébré pour ses réalisations économiques et sociales mais dont la réputation, au sein des ONG internationales de défense des droits de l’homme, semble parfois plus terrifiante que celle de tous les despotes africains réunis, d’Amin Dada à Mugabe et de Sékou Touré à Kadhafi…

Au Rwanda, contrairement à une légende tenace, aucune question n’est taboue…
À force de le présenter comme un tyran sanguinaire qui aurait assujetti son peuple, la presse occidentale s’est durablement abstenue de questionner Paul Kagamé. François Soudan, lui, n’a pas eu ce réflexe.

« Nous sommes ouverts à tous les conseils en matière d’évolution démocratique, à condition qu’ils soient de bonne foi, mais nous n’aimons pas les prescriptions, encore moins les ordres », assène, entre autres saillies, le chatouilleux héritier du Mwami – le monarque précolonial, même si l’intéressé, apparenté à la famille royale, est un républicain fervent.

Dans L’Homme de fer, François Soudan revient longuement sur la matrice qui a enfanté le « nouveau Rwanda ». Les longues années d’exil, qui ont vu une diaspora apatride mûrir son projet de retourner vivre sur ses terres pour y tourner la page de l’ethnisme, quitte à prendre les armes.

La création du Front patriotique rwandais (FPR), ce mouvement politico-militaire ayant fait la synthèse d’influences multiples, du marxisme au panafricanisme, et devenu parti-État après avoir arpenté le maquis. La renaissance spectaculaire d’un pays délabré, promis aux ténèbres de la division au lendemain du génocide, qu’il a fallu réconcilier avec lui-même sans mode d’emploi préétabli…

Dans l’unique livre d’entretiens qu’on lui ait consacré depuis son accession à la présidence de la République, en 2000, Paul Kagamé répond à François Soudan avec ce mélange d’understatement et d’intransigeance qui lui a valu d’être vénéré par les uns et détesté par les autres. Lorsque son intervieweur lui demande qui a tué, en Afrique du Sud, son ex-collaborateur Patrick Karegeya, devenu un opposant résolu, l’ancien chef de guerre laisse ainsi planer le doute, sans revendiquer l’assassinat ni chercher à s’en dédouaner : « Le terrorisme a un prix, la trahison a un prix. […] Chacun a la mort qu’il mérite. »

Pour les autorités rwandaises, qu’on s’en indigne ou qu’on s’en félicite, l’allégeance aux puissances impériales et aux faiseurs d’opinion relève d’un passé révolu : « Soyons clairs : le monde extérieur peut nous critiquer ou nous applaudir […], la responsabilité de tout ce qui concerne notre sécurité nous revient à nous et à nul autre. » Pourfendant « les magistrats omniscients et omnipotents de la CPI [Cour pénale internationale] », revendiquant de livrer régulièrement, au sujet des responsabilités de la France ou de la Belgique dans le génocide, « l’entière vérité, peu importe à quel point elle dérange », l’admirateur de feu Lee Kuan Yew, l’indéboulonnable Premier ministre singapourien, admet, en conclusion, regretter l’obsession du monde extérieur pour le volet macabre de l’identité rwandaise, au détriment de sa résilience. « La partie de notre histoire qui reçoit le moins d’attention s’avère être, en tout cas pour nous, la plus importante : elle retrace la manière dont nous avons su nous rassembler après le génocide afin de trouver des solutions à nos problèmes, et ce que nous devons faire afin de tenir le cap dans les années à venir.

« L’homme de fer » conversations avec Paul Kagamé, président du Rwanda, François Soudan, Nouveau Monde Éditions, 132 p., 16 euros. Parution le 10 septembre

Source: Jeune Afrique

Animated Social Media Icons by Acurax Responsive Web Designing Company