Interminable règne du « Roi-Teckhnicien »: attente de la fin et peur du pire.

Président Paul Kagame et son épouse Photo (c) Rwandanews
Partager/Share/Sangiza

28/02/2017 par Gasani

Au pays du « Roi-Tecknicien » Kagame, terreur, ruse, corruption et propagandes sont des secrets pour rester au pouvoir. Tout est mystère au pays des mille mystères…

  • Les rwandais sont-ils capables d’inverser la tendance? Une alternance non-violente et que
    survivrait le président en fonction est-il possible? Lui-même est-il prêt à œuvrer de concert avec
    ces compatriotes pour chasser cette malédiction de fin de règne tragique qui hante le Rwanda depuis des siècles? Seule sa bonne volonté pourrait sauver le pays: la balle est donc dans son camp.
    Désespérés, les rwandais, chacun à sa manière, semblent appeler sans espoir la fin du
    régime militaire plus qu’autoritaire du président Paul Kagame, « Roi-Tecknicien », en place
    depuis 23 ans. Le pays est militarisé jusqu’au fœtus qui naitra dans neuf mois. Dès l’âge de
    l’expression, il faut demander pardon pour des crimes supposés avoir été commis, avant la
    naissance, par l’un ou l’autre des parents proches ou lointains, direct ou par alliance.
    L’appartenance ethnique suffit pour porter crimes du 20ème siècle même si le moment de
    naissance se case au 21ème siècle. Vers le sommet de la pyramide dictatoriale, le Premier
    Ministre achète la paix malgré son ego péniblement testé par une fin d’autoritarisme qui
    tarde à s’annoncer, il s’adresse à son dieu mortel lors d’une rencontre annuelle de hauts
    dirigeants pour lui signifier que tout le monde est coupable, ignare, paresseux et fautif. à l’exception de Son Excellence. Malgré cet aveu de dévotion, le chanteur s’est retrouvé affecté au comptage des médailles du 1 Février, date des Héros au pays des mille mystères.
    .
    Dans la jungle du lion, d’anciens compagnons d’armes, après avoir massivement et
    atrocement massacré une partie de la population qu’ils disent avoir libérée, se tournent les
    uns contre les autres et s’entredéchirent, ils se poursuivent jusqu’aux pôles sud et nord de la
    terre pour s’assassiner par étranglement et/autrement. La prison presqu’à vie au pays et l’exil
    hébergent bon nombre d’anciens camarades de maquis, tandis qu’insultes et accusations
    mutuelles inondent les medias de toutes natures. Ils ont chassé les hutus génocidaires pour
    se laisser à leur tour possédés par l’esprit du mal d’égorger les citoyens innocents à l’intérieur
    et à l’extérieur des frontières nationales. A présent, sous le soleil de midi comme sous
    l’obscurité de minuit, vendeuses et vendeurs ambulants, anciens-riches et proches alliés,
    politiciens et avocats, défenseurs des droits humains, prêtres catholiques et imams de
    mosquées … se font assassiner, malmener, incarcérer sans pitié, sous la musique
    internationale des éloges des admirateurs lointains, étonnés par la propreté des routes sans
    sachets plastiques, ainsi que l’ordre qui règne dans le pays des mille mystères. C’est du
    silence absolu, un silence uniquement brisé par le gros mensonge d’état esthétiquement
    emballé qui fait échos jusqu’aux extrémités de la terre. Aucune agitation des membres de la
    société, état totalement cristallisé des structures, infra et supra, assuré par la police
    nationale qui, mortellement, tire sur tout ce qui respire; soutenue par une armée nationale
    omniprésente et lourdement équipée. La seule forme de manifestation de souhait admise au
    pays des milles mystères est la procession des malles remplies de papiers en millions de
    lettres adressées au parlement du peuple par un peuple forcé à réclamer le report ad vitam
    aeternam de la fin probable du régime autoritaire de son prédateur. Les citoyens impatients
    ont temporairement rendu l’âme à la peur du pire, mais vivent le pire sans s’en rendre
    compte. L’intensité de la souffrance subie a résulté en une insensibilité lamentable. Et
    l’homme fort, redoutant l’inévitable, s’entête et résiste au changement en fermant
    complètement l’espace politiques à tous les rwandais et les frontières à ceux qui veulent
    retourner au pays natal pour y jouer un rôle constructif: advienne que pourra! L’objectif est
    de rester aussi longtemps que possible au pouvoir sans partage. La fin justie les moyens.
    Hors du pays, dans beaucoup de pays hébergeant les nombreux réfugiés rwandais, les réactions face au poids du retard de fin de règne sont aussi diverses qu’inattendues, naissance d’association(s) de veuves des victimes de la barbarie du régime en place, émergence d’un gouvernement en exil (en France) se dotant comme mission de favoriser la fin de la dictature, déclarations par les témoins oculaires et/ou auriculaires des crimes inimaginables du Président éternisé au pouvoir, conseils de sagesses par divers citoyens soucieux de l’avenir de leur chère patrie, peur d’une crise sanglante pour
    certains, souhaits et initiatives de création d’armées de libération pour d’autres,
    absence de concertation inclusive de tous les acteurs, diabolisation de ceux qui tentent de
    communiquer avec le régime en place, transhumance de ceux qui n’en peuvent plus et sont
    fatigués du fait que la fin ne se décide pas à venir: déclara récemment un des transhumants le plus récompensé et ancien très farouche opposant du Président Kagame, … Qu’en dire? Chacun a peut-être raison, du moins dans son esprit, soit dans son combat contre l’impatience à attendre une fin de dictature qui ne fait que tarder à tomber, soit dans la lutte pour se maintenir au trône par la violence et la ruse. Cependant, si rares sont ceux qui s’interrogent sur la meilleure démarche à adopter afin d’assurer un après- Kagame non-désastreux, ce n’est ni de la communauté internationale, ni de l’Union africaine ou de l’ONU, que viendra la solution rassurante, mais des rwandais eux-mêmes. Tous les autres ne réagissent habituellement qu’en fonction de la maturité qu’acquiert le peuple concerné qui refuse sa mort lente lui imposée par un imposteur applaudi pour absence de sachets plastiques, ou pour la propreté des routes dans lesquelles coule continuellement le sang des citoyens abattus par les balles tirées par les forces de l’ordre aux yeux de multiples ONG internationales, des Agences de l’ONU, des Missions Diplomatiques des puissances occidentales et ceux des pays africains. Etre empoisonneur est devenu une grande vertu au pays des mille mystères, pourvu qu’on travaille pour le compte du « Roi-Tecknicien »! Tout fait penser à un dictateur jouissant d’une autorisation de tuer autant de citoyens et autant d’africains qu’il veut, quand il le veut, de la manière dont il le souhaite, et dans l’impunité totale. Pourtant, la sagesse de baisser la lance douchée de sang d’innocents, d’accepter de s’asseoir sur la table ronde avec ses compatriotes, afin de négocier des voies de correction des défauts de gouvernance visibles, lui serait plus salutaire que l’égarement dans l’usage de la terreur contre son peuple et de la corruption des organisations et medias internationaux.
    Ce ne sont d’ailleurs pas les signes des temps qui manquent, car les USA dans la voix de S.E.
    Samantha Power, Ambassadrice des Etats Unis d’Amérique à l’ONU, se sont déjà prononcés en
    ces mots: « … < A bon entendeur salut! Tripatouiller la loi, la Constitution nationale, terroriser le peuple, recourir à la corruption des medias, à la corruption de certains organes et hauts responsables onusiens, … dans un gaspillage extravagant du fruit de la sueur du peuple, sont des moyens lâches et très éphémères d’échapper à l’inévitable »>.
Plugin for Social Media by Acurax Wordpress Design Studio