Hier à Bedminster: Consultations de haut niveau pour Donald Trump

Mitt Romney (à droite) à l'issue d'une rencontre avec Donald Trump (ici en compagnie du vice-président élu Mike Pence). Le successeur de Barack Obama l'avait accueilli sur le perron, et il l'a raccompagné. Photo © Reuters
Partager/Share/Sangiza

« Nous avons discuté de ces domaines et échangé nos points de vue sur ces sujets, une discussion très complète et en profondeur dans le temps qui nous était imparti. J’apprécie l’opportunité de parler avec le président élu, et j’attends avec impatience la prochaine administration », a  déclaré Mitt Romney à la presse , à l’issu d’une rencontre avec Donald Trump d’environ une heure et demie.

Consultation très attendue, vu la nature des relations entre les deux hommes. En effet, Donald J Trump n’a jamais caché son animosité envers le candidat malheureux des présidentielles de 2012, Mitt Romney. Ils en étaient venus d’ailleurs a s’insulter ouvertement lors de la dernière campagne  de Donald Trump, Mitt Romney l’ayant par exemple traité d’imposteur et de charlatan.

Après avoir nommé des ultra conservateurs à certains postes de son cabinet, la rencontre avec Mitt Romney était ressentie par beaucoup comme une ouverture vers le camp conservateur des Républicains, et le poste de Secrétaire d’État était sur toutes les lèvres. Il n’en a pas été question si on en croit ce bref commentaire de Mitt Romney devant la presse, mais par contre l’atmosphère était sereine, si on en juge par l’accueil diplomatique que lui a réservé le Président élu, a l’arrivée et au départ.

Dans son club de golfe de Bedminster, dans le New Jersey, Donald J. Trump continue ses consultations pour compléter son cabinet. Ce samedi 19 Novembre 2016, il a également reçu en consultation un Général en retraite, James Mattis, pressenti pour occuper le Pentagone.

Donald Trump et le Général à la retraite James Mattis, le 19 novembre 2016. Photo © AP

Donald Trump et le Général à la retraite James Mattis, le 19 novembre 2016. Photo © AP

Le Président élu, a également mis au point une controverse qui entoure Trump University, où le milliardaire devait être entendu dans une cour de Californie le 28 Novembre prochain, afin de clarifier la situation douteuse de son Université, Trump University, spécialisée dans l’immobilier. Mais, en sa qualité de Président élu une telle mésaventure nuirait davantage à son image de « Commandeur en chef ». C’est pourquoi il déposera une somme de 25 millions de dollars aux plaignants pour arrêter les poursuites. Mais, apparemment ce n’est que partie remise, car les « diplômes » de cette Université ne désarment pas.

Le Président Donald J. Trump a twitté ce qui suit pour expliquer sa position par rapport à ce procès:

« J’ai réglé à l’amiable les poursuites sur Trump University pour une petite fraction des indemnités potentielles, car en tant que président il faudra que je m’occupe du pays, le seul inconvénient d’avoir gagné la présidence est que je n’ai pas eu le temps de faire et gagner un long procès sur l’U. Trump. Dommage ! »

D’une manière générale, l’opinion américaine suit de très près les tractations que mène Donald J Trump et s’inquiète que ses propositions de nomination ne s’adressent qu’aux seuls ultra. Les américains se demandent quand il va considérer la diversité, et nommer des collaborateurs en provenance des minorités. Donnons -lui le temps, puisqu’il a besoin de plus ou moins 1200 candidats pour « drainer le marais de Washington », selon son slogan de campagne, pour signifier qu’il compte balayer l’administration démocrate d’ Obama.

Emmanuel Senga

Social Network Integration by Acurax Social Media Branding Company