En prison, le chanteur populaire Kizito MIHIGO ne trahit pas ses valeurs

En prison, Kizito Mihigo (à gauche) avec SMS du Kama Jeshi (à droite), un groupe militaire, en sensibilisation du programme "Ndi umunyarwanda", mars 2015, photo (c) Inyarwanda
Partager/Share/Sangiza

Malgré une vie excessivement dure et une terrible souffrance que la prison lui fait endurer, Kizito MIHIGO aurait gardé son esprit de tolérance et  d’ouverture.

La prison centrale de Kigali comme beaucoup d’autres, est un lieu de détention des accusés de crimes et de délits, tout confondu. Les Rwandais de toutes origines et toutes ethnies y sont écroués et  donc se côtoient. L’harmonie n’y est pas toujours au beau fixe. Parfois, les divergences interpersonnelles ou des conflits intragroupes peuvent, dans certaines circonstances, déborder et opposer radicalement certains prisonniers.

Selon les témoignages, la dimension ethnique est aussi curieusement omniprésente à l’intérieur de ces « Quatre murs, communément connus sous le nom de 19 30». Cela est d’autant plus probable dans la mesure où les accusés du génocide sont encellulés avec  certaines victimes  du génocide ayant été reconnues coupables ou poursuivies pour des  crimes et délits divers.

En revanche, beaucoup de prisonniers saluent l’attitude de  Kizito MIHIGO depuis qu’il est détenu à la prison centrale de Kigali. « Ce garçon est vraiment irréprochable. Depuis qu’il est arrivé, il a beaucoup contribué au retour de la confiance entre certains prisonniers qui étaient constamment en proie à  des haines ethniques » témoigne Th.,  ex-codétenu de Kizito  Mihigo.

Kizito Mihigo artisan d’unité et de réconciliation en prison

Le compositeur de la chanson « Igisobanuro cy’urupfu : Explication de la mort »,  motif fort probable de sa détention, serait bien déterminé à poursuivre son action d’unifier et de réconcilier les Rwandais. Une concordance de témoignage lui reconnait d’avoir contribué à la prise de parole par tous les prisonniers sans distinction, surtout pendant la période de deuil. C’est une action louable pour le vivre-ensemble des Rwandais, quel que soit le lieu.

Au travers de ses activités quotidiennes en prison, le célèbre chanteur en détention n’hésite pas, semble-t-il, à sensibiliser les détenus aux comportements et aux actions en faveur de la tolérance et de l’unité.

kizito02

Et bien, pourquoi les autorités et la justice rwandaises ne sont-elles pas préoccupées par la libération de cette personne innocente ? Cette libération relèverait a fortiori la  perception de l’image du gouvernement rwandais, souvent ternie par des actions d’injustice et de manque de liberté d’expression.

Pour rappel, Kizito Mihigo, rescapé du génocide des tutsi a été arrêté en avril 2014 et condamné en février 2015 à 10 ans de prison, pour « conspiration contre le gouvernement du président Paul Kagame ». Or, ce chanteur n’a jamais été activiste politique, tous les témoignages sont unanimes. La cause de sa détention est bien sûr à chercher ailleurs et par là, sa chanson « Igisonuro cy’urupfu » censurée par le gouvernement  en est une cause majeure  si ce n’est l’unique motif.

Faustin Kabanza

Floating Social Media Icons by Acurax Wordpress Designers